Blog

Notre club l'Amicale Cycliste de Cannes la Bocca ACCB se dote d'un nouveau site internet. Vous y retrouverez bien des informations que vous aviez l'habitude de trouver sur le site créé par Pierre Costa. Le site de Pierre étant relativement ancien et n'étant plus maintenu nous avons dû en créer un nouveau afin de perpétuer le lien avec nos adhérents et les cyclos extérieurs. Nous espèrons que vous y trouverez ce que vous cherchez et n'hésitez pas à nous faire part de vos remarques. Ce site vous permettra également d'être informé des prochains événements, assemblées générales, réunion d'adhérents, concentrations, ... et de toute l'actualité de l'asso !

Ce site est actuellement en construction, mais nous travaillons activement pour que l'ACCB se dote d'un site web le plus complet et le plus vivant possible !

Nous vous souhaitons une bonne visite sur notre site Internet !

Le Conseil d'Administration du Club

Information de René

Le 24/06/2020

Mauvaise nouvelle: Paul Avril est hospitalisé aux Broussailles pour un petit accident vasculaire. J’ai pu le joindre hier sur son portable. Il ne ressent pas de séquelles autres qu’un équilibre difficile. Il commence aujourd’hui  une rééducation avec  le kiné pour ce problème. Je lui ai exprimé le soutien de tous ses copains du club. Il a bon moral mais restera hospitalisé sans doute quelques jours encore. Les visites sont interdites et le téléphone portable est le seul moyen de le joindre.

RS Cycle a cessé son activité. Nous avons rencontré le responsable des CYCLES STEVER, 1 rue Montaigne à Cannes (bas du boulevard Carnot). Ce contact a confirmé l’avis très favorable donné par ceux qui ont déjà eu l’occasion d’utiliser ses services. Il accordera une réduction de 10 à 15% aux membres du club et accepte que son nom figure sur nos maillots si notre fournisseur souhaite avoir la mention d'un détaillant. Son magasin est ouvert jusqu’à 19h. Pour des interventions autres que des urgences, il préfère qu’un rendez-vous soit fixé par téléphone. Pour le stationnement, les parkings publics Vauban et St Nicolas offrent un stationnement gratuit d’une heure. Il est cependant possible de s’arrêter brièvement devant le local pour sortir le vélo de la voiture ou le récupérer. Il accepte de remettre un flyer du club aux clients qui pourraient être intéressés.

Aucune obligation particulière bien évidemment pour ceux qui souhaitent conserver leurs réparateurs actuels.

Le déconfinement se précise et nous avons tous tendance à considérer le Covid-19 comme une histoire réglée. Même si la situation sanitaire s’est largement améliorée, nous devons continuer à respecter certaines règles :

  • Respecter les gestes barrières ;
  • Regroupement possible de 10 personnes au maximum avec le respect de la distanciation selon la situation (statique ou roulant) ;
  • Rouler en file indienne avec une distance de sécurité de 2 mètres entre chaque cyclotouriste (au lieu de 10)
  • Interdiction absolue de rouler à deux de front ;
  • Pour doubler respecter un décalage de 2 mètres au minimum ;
  • Prévoir des horaires décalés pour le départ des groupes de 10 et des parcours différenciés si possible ;
  • L’envie de se racler la gorge, par la toux ou toutes expectorations, est proscrite, en cas de nécessité se signaler, se laisser dépasser pour se soulager en dernière position.

Rien ne s’oppose désormais à l’organisation de séjour club s’il respecte les points du décret du 31 mai 2020 (pas de rassemblement de plus de 10 personnes, hébergement dans un établissement autorisé et respect des recommandations fédérales).

Ces règles vont évoluer en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

Amicalement,

René

SOCCACCB

Le 08/12/2018

Chers amis bonsoir,

La recherche d’économies nous avait amenés à imaginer, cette année, une sortie socca moins onéreuse. Nous avions ainsi demandé à Gilbert, le jardinier-référence du club, d’affecter une parcelle de son terrain à une plantation de pois chiche, et nous lui avions conseillé d’en faire une farine bio après la récolte. Nous avions communiqué à Marie Jo la recette pour une quinzaine  de dégustateurs : 500g de farine de pois chiche, 1 litre d’eau, 4 cuillerées à soupe d’huile d’olives et du sel. On malaxe, on verse 3 mm de pate sur une plaque ronde, on cuit dans un four à bois. Quand elle est bien dorée, on poivre et on sert.

Il nous avait répondu : « Chiche !».

Mais on ne peut pas, en même temps, s’entrainer pour améliorer encore et toujours ses performances  à vélo et cultiver des pois chiche…Donc pas de plantation, pas de récolte et pas de farine bio . Et pas de socca-Bocca chez les Rousset….

Nous avons dû, comme les années précédentes, organiser un pèlerinage dans le Vieux Nice. C’était hier. Nous étions 14 à l’effectuer. Après un trajet tranquille et ensoleillé nous avons rejoint l’établissement de « René Socca ». Un vrai pro. Pas comme « René président » ou « René trésorier » qui n’est qu’un petit bricoleur… 

Gabriel l’avait confirmé au cours du trajet : « c’est la meilleure socca de Nice ».  Un peu trop d’attente : 20 minutes de queue pour être servis. Nous n’étions pas les seuls à connaître l’adresse de cette institution pour les spécialités niçoises. Mais le plaisir de la déguster avec et une tourte aux blettes sucrée méritait bien d’être patients. Un ballon de rouge ou de rosé ou un demi de bière pour faire passer les légumineuses. Un bon moment de convivialité autour des tables mises à la disposition des clients…à la condition qu’ils boivent. Pour nous, pas de problème, nous avons même tendance à boire trop…

Le club offrait le café mais l’ombre trop fraiche dans la rue Miralhéti nous a amenés à décider d’aller le prendre au soleil à Cagnes sur Mer. Un petit tour dans le Vieux Nice que Didier ne connaissait pas et c’était le retour vers Cannes. La mer très bleue scintillait (en roulant ses galets), le soleil irradiait nos tricots jaunes et les voies cyclables et piétonnes de la Promenade des Anglais étaient très fréquentées. 

Le temps de vérifier qu’un incident de parcours (pour l’une d’entre nous) était sans conséquence, et nous nous sommes retrouvés affalés dans de confortables fauteuils de salon face à la mer à Cagnes sur Mer. Quand le club offre le café, il ne « mégote » pas sur le confort et le plaisir de ses adhérents… Mais il fallait rentrer et nous sommes rentrés.

Nous le savons, les pois chiche ont plein de vertus. Riche en protéines végétales, en plusieurs vitamines en minéraux et en fibres alimentaires, c’est un aliment faible en matières grasses, et comme tous les aliments végétaux il ne contient pas de cholestérol. La socca devrait être remboursée par la Sécu. 

Didier qui découvrait cette spécialité niçoise et qui l’a fort appréciée a constaté immédiatement que les watts qu’il développait habituellement étaient triplés après son absorption. Il a poussé sur les pédales si brutalement que j’ai dû l’arrêter. Sur la voie cyclable, alors que je le suivais, j’ai constaté que sa roue arrière se comportait bizarrement. Après vérification, il s’est avéré que son cadre était nettement cassé au niveau de l’attache de la roue arrière. 

Restaient 7 km à faire. Un peu à pied, à cheval et à vélo. Nous avons fini par arriver chez Johan qui a confirmé la mort du cadre. 

La socca, c’est bon, mais faut donc pas abuser!

Bon week-end et à demain soir pour les fêtards des « Sérénades ».

René

La pêche miraculeuse

Le 14/10/2018

la pêche miraculeuseBonjour à tous,

Durant notre concentration du jour, au Mouré rouge, notre voisin le plongeur pécheur a pu sortir au cours d'une brève sortie en mer ce magnifique poisson dont il n'était pas peu fier. Grand bravo pour cet exploit.

T'as voulu voir Bouyon et on a vu Bouyon par René MARTEL

Le 01/09/2018

16h20. Je ferme la porte de mon garage. Je viens d’y remiser mon Colnago. Je l’en avais sorti le matin vers 7h45. Presque 9h ensemble. Pas de l’amour…mais presque. Dans ma main, mon Polar le confirme : 140km pour 1340m de dénivelé. Je comprends mieux l’état de mes jambes... et du reste aussi.

Quelle journée ! Nous étions nombreux à quitter le parking de la Roubine. Certes 50% de Jondeau seulement. Mais étaient là Christian enfin libéré de ses contraintes familiales et de ses petits bobos, Daniel remis à neuf par sa cure thermale et les bouclettes plus indisciplinées que jamais et Alain qui après sa convalescence a retrouvé ses forces et ses envies. La famille se reconstitue et c’est bien ainsi. Puissent les derniers éclopés nous rejoindre rapidement!

La mer était magnifique et les plages parfaitement ratissées et encore vierges. Le soleil, source de lumière et d’énergie (il allait nous en falloir) nous délivraient ses rayons et sa luminosité tout en modérant sa température. 

Direction Cagnes sur Mer. A défaut d’exploit, pour se distinguer du groupe, Daniel décidait de crever (pas lui, sa roue). Mais le nez dans le guidon, il nous rattrapait facilement avant Juan les Pins. Certains décidaient de faire le tour du Cap, les autres respectant l’itinéraire prévu rejoignaient directement Antibes. Le groupe se reformait  lors de l’arrêt du parking de Villeneuve-Loubet. S’y trouvaient déjà en nombre les plus matinaux de l’ACCB. Aux lèves-tôt habituels s’étaient joints Didier et Jean Pierre qui devraient rejoindre notre club.

C’est donc un groupe de plus de 20 cyclos qui a repris sa progression vers Cagnes. Le temps de prendre un café, d’aller rendre visite à l’épicier-livreur d’Armstrong (dit-on) pour un petit problème de cale et la promenade continuait. Les plus pressés ou (et) les moins courageux rentrant directement, les autres prenant la direction de La Gaude, puis de St Jeannet et Gattieres. Nouvelle séparation douloureuse. Certains décidaient de se restaurer dans le jardin public et de rentrer à Cannes pendant que les autres prenaient la direction de Bouyon. Puisque Jean Claude l’avait prévu pourquoi ne pas poursuivre ?

Mais là commençaient les grandes difficultés… Une petite route pittoresque et ombragée mais qui monte, qui monte encore et toujours. Et alors que la seule chose à faire est d’avancer tout à gauche, Michel, entre 2 « crabote, crabote ! » (comme si on avait attendu son conseil pour le faire), interroge sur le prélèvement à la source, Hulot, les déficits… (je n’ai pas eu la force de tout écouter…et encore moins de répondre). Quand on aperçoit Bouyon  sur un éperon, on trouve la vue du village extraordinaire.  Yves Boisset avait été séduit avant nous en y tournant des scènes de son film « le saut de l’Ange » sensées se dérouler dans un village corse avec Jean Yanne et Daniel Yvernel. Seul problème : il est  très haut perché (très très). La vitesse de progression de certains les rapproche de la « Procession aux Limaces », fête qui se déroule dans les rues fin mai ou début juin. Celles-ci sont éclairées par des milliers de bougies et des coquilles d'escargots remplies d'huile avec une mèche. Des oratoires sont érigés où la procession fait halte pour prier afin que la récolte des olives soit bonne. 

Pas le temps de prier. Un robinet nous permet de remplir nos bidons. Un groupe de jeunes cyclistes hollandais qui nous a humilié dans la montée redescend déjà. Pas nous. La décision est prise d’attendre l’arrivée à Coursegoules pour se restaurer. Et la route continue de monter et de monter encore…

Heureusement les paysages sont exceptionnels. La vue en contre bas de la route empruntée nous rassure sur les causes de notre fatigue. Enfin Coursegoules, un plan incliné d’herbe grasse pour accueillir les pique-niqueurs épuisés et affamés que nous sommes. Jean Pierre me rassure : « maintenant ça va descendre ». Le genre d’info appréciée tant elle répond à mon souhait. Et puis, on peut lui faire confiance. Sandwichs, tarte aux blettes, tarte aux abricots avalés nous repartons sans chercher à découvrir les restanques sur lesquelles, jusqu'en 1860, on cultivait le blé et la rose qui était destinée aux parfumeries de Grasse.

 

La halte a permis de prendre à l’unanimité une sage  décision : à Bramafan, pas de remontée sur Gourdon et descente de la vallée du Loup jusqu’à la Colle et Villeneuve Loubet. Et puis cet itinéraire nous permettait d’accompagner un peu plus la féminine du groupe, Marie Claude, qui devait rejoindre Nice.

Un dernier pot amical à Villeneuve, une bise à Marie Claude, impressionnante de facilité, et retour à Cannes par le bord de mer.

140 km donc. Une distance inhabituelle et pourtant Michel et Jean Claude ne paraissaient affectés ni par cette distance ni par le dénivelé. Ont ils réalisé que parfois ça montait? C’est beau d’être jeunes…ou d’avoir su le rester.

Chacun a ainsi pu faire au cours de cette journée ce dont il avait envie dans un climat amical et convivial parfait. Œuvrons pour qu’il en soit toujours ainsi !

 Randonnée cycliste de la commission féminine du CODEP06

Le 02/07/2018

Hier, 1 juillet 2018, première randonnée cycliste de la commission féminine du CODEP06. Très belle journée très chaude. 95 kms. Villeneuve loubet. Cabris st vallier. Pique nique au col du ferrier. Caussol. Gourdon . Pont du loup et retour à Villeneuve. Petit groupe très sympathique et homogène

c'était il y a 50 ans Paris Roubaix

Le 12/04/2018

https://www.youtube.com/watch?v=Y1N-qdKqwY0